AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Into the wild ✖ Faïra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Déesse de la Faune sauvage
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 02/05/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Into the wild ✖ Faïra   Ven 2 Mai - 21:35

Into the wild
Aliénor feat. Faïra le Phénix

Le jour s'est levé, j'ouvre lentement mes yeux qui ont du mal à s'ouvrir du à cette intense lumière. J'étais en train de me reposer sur ce gros rocher, les pattes contre ma tête. Je pousse un râle et m'étire. Le ciel était radieux sans aucun nuage. Généralement, cela annonce une bonne journée. Je devais être à quelques pieds du sanctuaire sacré. Cet endroit était mystique et quelques créatures y vivaient en paix et en harmonie. Je restais silencieuse, le regard ébahit face à un tel spectacle. Chaque jour était différent et j'appréciais la vie. Silraen était une terre remplie de beauté et de mystère. Je me sentais dans mon élément, les oiseaux chantaient au dessus de ma tête, j'entendais au loin une bande de biches et de faons galopant à travers la forêt jusqu'à trouver une petite clairière où brouter l'herbe. Il fallait que j'aille chasser, je n'avais pas manger depuis près de trois jours et la faim me tenaillait. Je flairais alors le sol, cherchant une piste d'un quelconque petit animal. J'avançais d'un pas léger, doucement et sûrement. Ma longue crinière blonde et bleutée rayonnait sous ces rayons de lumière, je pouvais effrayer les bêtes sauvages, celles qui n'ont pas encore vu mon visage néanmoins, chacun me respecte et connaît le prénom qui me correspond bien. Aliénor. Je pistais ce chemin sinueux qui grimpait jusqu'au sanctuaire. Le passage était large comme si la forêt laissait de son propre chef cette route pour aider les voyageurs à trouver la voie et à prier les Dieux. Après tout, n'était-ce pas eux qui ont créer ce monde à leur image ? Mon père Meruwan ne s'intéresse pas vraiment à ce qui se passe en dehors de Silraen et je crois même qu'en ce moment, il préfère vivre tranquillement dans son coin. Il ne se soucie guère de ce qui se trame au sein même de nos contrées. C'est ce qui m'inquiète, j'entends les échos et les murmurent de mes alliés.

Je reniflais la route, trouvant une odeur de sanglier qui semblait seul. Les traces de ses minuscules sabots s'étaient réfugiés dans la forêt. Mon ventre se mit à gronder, je pousse un autre râle et me met en chasse. J'avance doucement, reniflant l'air et les plantes, il ne devait pas être trop loin. Sûrement s'était-il assoupit ou cherchait un endroit tranquille. Pour moi, en tout cas, il s'agissait là d'un festin capable de me rassasier à ma faim. Je m'installais dans un bosquet et aperçu deux sangliers, je devais faire vite et agir avec prudence. Dans ma position de chasse, je regarde avec intensité ce morceau de viande fraîche qui n'attendait que mes crocs se planter dans sa chair. D'un coup, je bondis en poussant un terrible rugissement et détale sur le plus proche animal. Le pauvre n'a pas eu le temps de s'enfuir mais le deuxième du laisser son ami entre mes griffes. Bien que je sois l'ami des bêtes sauvages, mon instinct animal me rappelle que je reste un être vivant et qu'il faut manger et boire pour vivre. Je griffais le torax, mordant cette peau élastique et ce poil dur avant de pouvoir toucher et sentir le sang. Me léchant les babines, je me mets à grignoter chaque parcelle de son corps, laissant ce liquide rougeâtre et chaud dégouliner de ma gueule. Je prenais mon temps, sous ce soleil et cette douce chaleur. J'en finissais avec lui lorsqu'un oiseau vint se poser à mes côtés, me regardant sans crainte, attendant que je termine mon repas. Il prit alors la parole et je l'écoutais avec attention.

- Maîtresse, des ennemis sont arrivés dans la forêt. Ils rôdent et sèment la mort.
- Diantre ! Meruwan ne prend t-il point soin des siens ? Où est donc passer la sagesse et la puissance de mon père !
- Je dois également vous annoncer autre chose. Un étrange oiseau a fait son apparition et se dirige vers le sanctuaire.
- Intéressant. J'aime voir de nouvelles têtes et d'après ton regard, il n'a pas l'air d'être un ennemi. Sais-tu de quoi il s'agit ?
- Non votre grâce. Simplement, c'est un oiseau à la couleur rouge et orangé comme le feu et les cendres. Il est de grande taille et se déplace rapidement.
- Très bien. Je vais me rendre au sanctuaire voir de quoi il en retourne. Je resterais cachée le temps qu'il faudra.

Sur ces dernières paroles, je laissais la carcasse du sanglier derrière moi et gambadait à vive allure jusqu'au sanctuaire sacré. Je restais tapis dans la forêt, sautant de rocher en rocher, esquivant les arbres et les buissons. J'avais une certaine hâte de voir cet oiseau. Peut-être était-ce un nouvel arrivant qui cherche refuge. Je devrais l'accueillir comme il se doit. En attendant, j'avançais jusqu'à la clairière où se dressait une immense pierre aux inscriptions étranges. Il y avait un socle où reposait des victuailles. Il y avait des fruits, des plantes, de l'eau fraîche et même quelques parchemins. Je restais dans l'ombre des arbres, patientant jusqu'à la venue de cet oiseau rare. Était-ce réellement un bon signe ? Je le saurai bien assez tôt.

© Fallen Swallow

_________________




Dernière édition par Aliénor le Lun 5 Mai - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faïra Le Phénix
Feu purificateur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 12/04/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   Sam 3 Mai - 21:24

Faïra roula dans ses coussins de soie et de velours avec délice, un sourire béat sur le visage. Les rayons du soleil traversaient les rideaux des fenêtres de son chalet suspendu dans les arbres. Cela faisait quelques jours qu’elle se reposait depuis sa dernière bataille contre les fugolls. Le conseil de Silveride lui avait accordé un peu de repos pour se remettre de ses blessures et elle n’avait pas bataillé pour refuser ces petites vacances. A part son orgueil, elle était sans conteste l’une des créatures les plus paresseuses de Silraen. Enfin, paresseuse quand elle pouvait se le permettre. Et là, elle pouvait se le permettre.

Un jeune serviteur du conseil vint toquer à sa porte et Faïra émit un petit grognement avant de se lever. Lorsqu’elle était dans son chalet, elle gardait son apparence humaine. Le contact de la peau humaine sur les coussins était des plus agréables. Le jeune serviteur attendit l’autorisation d’entrer, puis il déposa le plateau sur la petite table qui se trouvait à côté de l’entrée et s’inclina profondément. En général, il partait directement. Cependant, cette fois-ci, il ne semblait pas vouloir sortir. Faïra se leva, posa sur lui un regard curieux. Il était très respectueux ce petit elfe, et très gentil. Faïra l’aimait bien mais elle lui avait à peine adressé la parole depuis le temps qu’elle le connaissait.

- Tu voulais me demander quelque chose, Yinaël ?
- Mademoiselle Faïra, le conseil souhaiterait vous voir.
- Hum… je suis en vacances !
- Je pense que c’est grave, Mademoiselle Faïra.

Faïra poussa un grognement et acquiesça, laissant le jeune serviteur repartir d’où il venait. Elle se leva paresseusement et jeta un coup d’œil sur son plateau repas entièrement composés de fruits et de légumes crus. Elle se permit de prendre un fruit avant de prendre le chemin du conseil. Si elle voulait un jour faire parti des dirigeants de Silveride, elle devait commencer par le début : ne pas contrarier ceux qui plus tard lui accorderaient une place. Reprenant sa forme animale, Faïra s’envola vers le conseil, qui l’attendait déjà avec une certaine impatience. Leurs regards sévères se posèrent sur elle. Ils connaissaient sans doute bien ses défauts, mais Faïra n’était pas une mauvaise personne ni un mauvais élément. Ils l’avaient jamais vraiment eu à se plaindre d’elle, à l’exception de sa fraîche rencontre avec un fugoll.

Faïra leur avait caché tout ce qu’elle pouvait, mais les quelques informations qu’elle avait pu récupérer leur était précieux. Elle ne comprenait pas en quoi cela était précieux d’ailleurs. Veïhrom n’avait fait qu’énoncer ce que tout le monde connaissait déjà. Cependant, le conseil était extrêmement inquiet. La discussion fut plutôt brève : le conseil souhaitait que Faïra reprenne du service. Une nouvelle attaque de fugolls avait fait des ravages dans un nouveau village. La situation échappait complètement au conseil.

- Votre mission est simple, phénix Faïra. Nous avons besoin de l’aide des Dieux. Allez au temple, sollicitez une audience auprès d’Aliénor, déesse de la forêt. Elle pourra peut-être nous aider à protéger les nôtres. Si elle accepte une audience, n’hésitez pas à nous contacter via vos fées messagères pour nous demander conseil.

Faïra s’inclina, sceptique. Le conseil se réveillait un peu tard, mais ce n’était pas à elle de le leur dire. Pour le moment. Elle salua et prit son envol en direction du sanctuaire sacré. Elle prit à peine le temps de saluer les arbres ou les animaux, qu’elle côtoyait depuis si longtemps. Son esprit restait troublé. Qu’allait-elle pouvoir bien dire à une déesse pour la convaincre d’aider leur peuple ? Et ne le faisait-elle pas déjà ? Faïra aurait tout intérêt à choisir très soigneusement ses mots avant de se lancer dans une conversation stérile.

Faïra arriva sans difficulté au sanctuaire. Il fallait dire qu’elle redoublait de prudence lorsqu’elle voyageait. La dernière fois, un chasseur l’avait abattu et Faïra en avait forcément gardé un très mauvais souvenir… ainsi qu’une dette dont elle se serait volontiers passée.

La clairière semblait vide. La stèle était là ainsi que les offrandes, mais aucune trace de dieu alentours. Le conseil ne lui avait pas expliqué comme contacter la déesse. Allait-elle devoir attendre ? Ou demanderait-elle de l’aide ? Faïra se posa délicatement, ses ailes de feu touchant l’herbe sans la brûler, puis elle reprit son apparence humaine, moins impressionnante et plus fragile. Son regard se porta tout autour d’elle, à la recherche d’un signe de vie. La clairière était entourée d’une épaisse forêt, dans laquelle pouvait se cacher milles dangers. Faïra eut un petit frisson, ravie d’être complètement immortelle. Pourquoi donc les messagers se faisaient-ils rares ? Comme c’était curieux…

Le phénix s’adossa à la stèle, bien décidée à ne pas se salir en s’asseyant à même le sol. Allait-elle attendre longtemps ? Ou devait-elle demander au conseil les informations qui lui manquaient ? Elle décida d’appeler, tout simplement. Elle se sentait ridicule, mais après tout, qu’avait-elle à perdre ?

- Déesse Aliénor, les immortels du conseil de Silveride m’envoient vous porter un message, seriez-vous apte à l’écouter ?

Faïra s’était arrangée pour faire porter sa voix sans hurler. Si elle devait se répéter, il était inutile de s’épuiser dès le premier appel. Et si la déesse ne se montrait pas, Faïra enverrait un message aérien au conseil pour leur demander… conseil.

_________________
~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénor
Déesse de la Faune sauvage
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 02/05/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   Dim 4 Mai - 17:13

INTO THE WILD
Aliénor feat. Faïra le Phénix

L'oiseau s'était aventuré dans ce lieu sacré. Je ressentais une incroyable aura autour de cet être aux plumes ardentes. Avec élégance, les ailes repliées, il s'avance un peu plus près. Je le distingue nettement et j'aperçois dans son regard comme une curiosité. C'est alors que je vis l'oiseau se métamorphosant en une femme à la chevelure flamboyante, ses yeux étaient d'un bleu profond et marchait avec aisance. Il s'agissait d'un Phénix capable de se transformer en humain. Était-ce un Dieu ou encore un enfant de Dieu ? Je n'avais jamais rencontré telle créature et je dois avouer que je restais sceptique quant à la venue de cette étrangère. Celle ci se posa contre l'énorme rocher et éleva sa voix cristalline, parvenant jusqu'à mes oreilles. Un message du conseil de Silveride cherche à me contacter ? A vrai dire, je n'avais jamais vraiment aimé voir ce conseil et n'apportait que peu d'importance aux humains et aux elfes bien qu'ils prennent soin des miens. Je me relevais, venant vers elle sous ma forme animale. Ma crinière enveloppait ma tête, les branches sur chaque côté de mont thorax émettait une sorte de lumière bleuté tandis que j'approchais à patte de velours vers ce volatile à forme humaine. Je m'asseyait à environ quatre mètres de sa position, l'ombre parvenait jusque devant mes pattes. Je préférais rester sous le soleil. D'une voix posée, je me mets à la questionner.

- Bienvenue Phénix. Je serai ravie d'entendre ce message. Faites-vous partie du conseil ? Et sans vouloir vous offensez, j'aimerais savoir à qui je m'adresse.

Pourquoi le conseil de Silveride venait me contacter ? Cette question me taraudait. Étaient-ils, eux aussi, infectés par des étranges vermines dans les Hauts-bois ? Je voulais en savoir davantage. Ma curiosité était telle que je clignais rarement mes yeux d'un bleu ciel, scrutant la femme qui se tenait devant moi. Il n'y avait aucun danger et de toute manière, les animaux de la forêt m'entouraient. Cette discussion risquerait d'être intéressante. Peut-être aurais-je même des informations et pourrait prévenir mon père. D'ailleurs, pourquoi n'ont-ils pas contacter Meruwan ? Si mon père prend l'excuse d'être indisponible, je lui enverrai un joli cadeau lui présentant mon mécontentement. Une carcasse de sanglier par exemple. Un sourire en coin s'installa sur ma gueule de lion. Avec une voix un peu plus grave, je continuais.

- Pourtant, si vous venez jusqu'à moi c'est qu'il y a un réel problème. Meruwan ne semble pas pouvoir faire grande chose sur le royaume Silraeni, ce qui me chagrine profondément. Les Ombres arrivent...

Je baissais légèrement la tête, repensant aux êtres de la forêt m'ayant averti des innombrables morts sur une partie des Hauts-Bois. Je n'étais pas là à ce moment là et j'aurais certainement pu y voir la mort entre les yeux. Tous ces cadavres d'animaux avaient été déchiquetés en morceaux. Il ne restait plus grand chose après ce passage des Ombres dont je ne connais point le nom. Soudain, un sentiment d'inquiétude s'immergea en moi. Je n'avais pas de problème à diriger les animaux, à les comprendre et à résoudre leurs problèmes. Et pourtant, aujourd'hui, quelque chose ou quelqu'un allait me dire que ces Ombres pourraient certainement être pire que tout ce que j'avais pu imaginer. La protection des miens étaient ma priorité et je ne laisserais personne leur faire du mal.

_________________




Dernière édition par Aliénor le Lun 5 Mai - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faïra Le Phénix
Feu purificateur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 12/04/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   Dim 4 Mai - 20:43

Faïra eut un sursaut de réflexe défensif lorsque l’immense prédateur sortit du sous-bois. Elle se reprit rapidement mais demeura sur la défensive. Le prédateur d’allure féline arborait une crinière dorée aux nuances châtain, dans laquelle quelques poils bleus s’entrelaçaient. Des yeux d’un bleu ciel millénaire trahissaient une sagesse durement gagnée. Une queue touffue, touchant presque terre, battait la mesure. Mais le plus étrange était deux branches, de chaque côté du thorax de l’animal, qui s’illuminaient d’un bleu peu commun. Faïra n’étudia le prédateur que quelques secondes avant d’exécuter une longue révérence devant la déesse, respectueuse et admirative. La puissance qui se dégageait de son aura avait quelque chose de commun avec celle de la déesse des eaux douces, Eleya, que Faïra avait eu l’honneur de rencontrer quelques jours plus tôt. Comme pour la déesse des eux douce, Faïra se sentait insignifiante et fragile face à la puissance qui lui faisait face. Elle ne tremblait pas, cependant, car elle ne ressentait pas la peur de la même manière que les autres.

La déesse s’installa face à elle, quelques mètres plus loin comme si Faïra représentait un danger. Ou comme si elle voulait lui fausser compagnie. Faïra était consciente d’avoir de la chance : il n’était pas donné à tout le monde de rencontrer Aliénor ! Elle devrait se contenter de cette distance qui, d’une certaine manière, rassurait son instinct de volatile. Après l’eau, l’oiseau de feu rencontrait un gros chat… Le sort se jouait du peu d’instinct de survie qu’elle avait conservée !

- Bienvenue Phénix. Je serai ravie d'entendre ce message. Faites-vous partie du conseil ? Et sans vouloir vous offensez, j'aimerais savoir à qui je m'adresse. Pourtant, si vous venez jusqu'à moi c'est qu'il y a un réel problème. Meruwan ne semble pas pouvoir faire grande chose sur le royaume Silraeni, ce qui me chagrine profondément. Les Ombres arrivent...

Toujours en révérence, et sans lever les yeux, Faïra répondit d’une voix calme et assurée.

- Votre divinité, je me nomme Faïra, le phénix de Silraen et la messagère aux ordres du conseil des immortels de Silveride. Je reste une simple exécutante, il n’est pas à moi de décider qui contacter.

Elle se mordit la langue pour ne pas ajouter ses propres commentaires. En tant que messagère, elle devait transmettre le message dans le modifier. Elle ne pouvait se permettre une remarque du genre « si j’avais été au conseil, je vous aurai contacté bien avant » ou « En effet, il aurait été plus avisé de consulter votre père ». Le conseil était ce qu’il était et comme tout conseil, ils mettaient beaucoup de temps pour obtenir des résultats plutôt médiocres. D’où sa volonté d’en faire partie. Un sang jeune les ferait bouger un peu ! Faïra rougit légèrement. Elle avait encore des progrès à faire avant de devenir une excellente messagère.

- Déesse Aliénor, le conseil a constaté depuis quelques temps un pic d’activité des fugolls, les engeances du Tolväar. Je suis moi-même intervenue à plusieurs reprises pour protéger des villages et pour anéantir des nids entiers. Ils se répandent en Silraen plus vite qu’une gangrène, nous ne parvenons plus à les contenir. Le conseil de Silveride fait appel à votre sagesse et implore votre aide.

Faïra hésita quelques instants, puis elle se redressa, cessant sa révérence, et façonna une petite fée de feu qui s’envola à toute allure pour prévenir le conseil que le contact était effectué et que le message était transmis. Là s’arrêtait officiellement son rôle, pour le reste elle serait Faïra et non la messagère. Et elle comptait bien révéler à la déesse les quelques petites choses qu’elle savait sur les fugolls, si Aliénor souhaitait les entendre.


- Ne prêtez pas attention à cette petite fée, déesse Aliénor. Elle se contente juste d’avertir les miens que le message est transmis. Je reste cependant à votre disposition jusqu’à ce que vous me congédiez.

_________________
~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénor
Déesse de la Faune sauvage
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 02/05/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   Lun 5 Mai - 21:30

INTO THE WILD
Aliénor feat. Faïra le Phénix

Une révérence tout comme les animaux qui se prononçaient devant moi. J'aimais particulièrement l'attitude de cet oiseau de feu qui était une ravissante jeune femme. Aussi chaud que de la braise, son prénom était agréable à entendre et FaÏra était très polie. Ne faisant point partie du conseil, elle venait simplement donner un message qui paraissait être de la plus haute importance. Je restais assise à l'écouter tandis qu'elle m'expliqua en détail que des engeances du Tolväar, des fugolls erraient dans les terres de Silraen. Celle-ci m'annonça avoir déjà protéfer des villages et anéantis des nids de ces viles créatures. Cette race mériterait de s'éteindre car elle menace les animaux et même la vie au sein même de Silraen, cette terre que je chérie tant. Inquiètes, je me mise à tourner en rond lorsque je vis l'oiseau de feu invoquer une petite fée qui s'envola dans les airs. Suspicieuse, mon regard se posa sur la femme au teint pâle et aux cheveux flamboyants. Elle s'était redressée et m'annonçait simplement que ce n'était qu'un moyen pour prévenir le conseil que le message avait été effectué. J'étais en compagnie de cette étrange créature qui n'avait plus rien d'autres à faire. J'étais une déesse plutôt solitaire mais avoir un peu de compagnie de temps en temps ne pouvait pas me faire de mal. Je m'approchais de la femme, les yeux brillants et avançant petit à petit jusqu'à être à quelques centimètres de sa position. D'un ton amical, je m'adresse à Faïra :

- Ne vous inquiétez pas, je ne vous mangerais pas. Simplement, j'imagine que vous avez du faire un rude chemin. J'ai pris un petit repas tout à l'heure mais prendre un fruit sous forme humaine, ça devrait me faire tout autant de bien !

C'est alors que je choisis de changer mon apparence pour devenir une jeune fille au teint mât, à la chevelure d'un blond presque à la limite du blanc. Des tâches de peintures blanc décorait une partie de mon visage au dessus de l'oeil gauche, continuant sur mon épaule et dans mon dos. Rares étaient les fois où je pouvais utiliser cette forme. En même temps, je restais dans la forêt avec les animaux ou simplement seule à écouter, errer et chasser. Il serait plus simple de chasser sous ma forme de lion mais comme j'étais en face d'une femme, pourquoi ne pas en faire tout autant ? Je lui fis un grand sourire. Je lui fais un signe pour l'inciter à m'accompagner. Nous allions marcher et chercher un endroit où elle pourrait boire et se restaurer. Je connaissais un très bon endroit à quelques dizaines de mètres du sanctuaire. Nous n'étions pas autoriser à utiliser ces victuailles, du moins, elles étaient réservés aux Dieux mais comme je mange rarement des fruits et des légumes, je préférais les laisser pour mes confrères. Nous avancions sur un chemin derrière l'énorme stèle qui se tenait devant nous, nous nous dirigions vers le temple mais le contournions pour prendre un petit sentier. Nous étions en pleine forêt, sous l'ombre des arbres à marcher calmement. C'est alors que je pris la parole.

- Vous voyez le bout de se sentier ? Nous approchons d'une clairière où poussent des baies et des fraises. Le village le plus proche est à plusieurs kilomètres d'ici et je pense que si nous voulons parler en sécurité, mieux vaut rester en pleine forêt.

Nous arrivions enfin dans la clairière baigné de soleil, mes pieds nus touchant l'herbe. J'avais l'impression d'être une petite fille qui se réjouissait des simples petits plaisirs de la vie. Je lui fis un signe de la main en lui indiquant les baies près d'un bosquet. Alors que nous prenions les baies dans nos mains, je la regardais avec intensité puis me mis à entamer de nouveau la discussion.

- Que peut bien faire un phénix dans ses régions ? D'habitude, 'habitez-vous point dans les hauteurs ? Dîtes m'en plus sur votre race. Je connais tellement peu de Phénix et d'en voir un de plus près, cela attise ma curiosité. Vous êtes une des espèces les plus rares.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faïra Le Phénix
Feu purificateur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 12/04/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   Jeu 8 Mai - 15:38

Lorsqu’Aliénor s’approcha de Faïra, cette dernière ne put réprimer un mouvement de recul instinctif. C’était le problème de la rencontre entre un oiseau et un lion… Aliénor la rassura cependant sur ses intentions, étouffant l’instinct animal de Faïra. La déesse lui proposa un fruit. Ce serait une bonne idée ! Faïra n’avait pas pris le temps de savourer un repas complet avant de partir. Lorsque le conseil ordonnait, elle obéissait. C’était aussi simple que ça. Et ça lui convenait très bien, par moment. Aussi Faïra accepta-t-elle l’invitation avec plaisir. Ce serait une bonne occasion de faire connaissance.

Le phénix haussa un sourcil lorsque la déesse prit forme humaine. Elle était ravissante, avec son teint jeune et sa chevelure blonde. Une petite sauvageonne, une enfant des bois… A quoi aurait-elle pu s’attendre d’autre ? Il s’agissait de la déesse de la faune ! Aliénor adressa à Faïra un grand sourire puis elle lui fit signe de l’accompagner.

- Vous voyez le bout de se sentier ? Nous approchons d'une clairière où poussent des baies et des fraises. Le village le plus proche est à plusieurs kilomètres d'ici et je pense que si nous voulons parler en sécurité, mieux vaut rester en pleine forêt.

Faïra hocha la tête : c’était préférable ! Les mortels prenaient à peine conscience de ce qui les entouraient pour le moment, il n’était pas utile qu’ils entendent trop de choses. Et Faïra se sentait en sécurité dans la forêt. Elle y avait passé ses quelques centaines d’années, après tout ! Même s’il était vrai qu’elle n’avait jamais approché les dieux, préférant se montrer discrète. Jusqu’à ce jour où les mortels et les immortels avaient commencé à mettre en place ce que Faïra appelait du confort : une cabane où personne ne risquait de venir la chasser, des repas sans avoir à les trouver elle-même, des coussins… quelle merveilleuse invention que ces coussins ! Depuis qu’elle vivait, elle n’avait jamais trouvé rien de plus confortable que les coussins de velours dont elle avait rempli son nid.

Bientôt, les deux femmes arrivèrent dans une clairière ensoleillée, véritable étendue de plénitude et de douceur. Faïra inspira à plein poumon l’air pur et frais, saluant mentalement les arbres qui les entouraient. Aliénor montra à son invitée un bosquet, riche en baies juteuses et colorées. Faïra saisit délicatement une baie et la porta à sa bouche, sentant le jus lui exploser dans la bouche lorsqu’elle croqua. La vie était belle sur Silraen ! Elle se battrait pour protéger cela, c’était tellement évident qu’elle ne le comprenait que maintenant. Son confort personnel était important, mais à quoi bon avoir un petit confort si le reste était détruit ? Et combien de temps se passerait-il avant que les vagues de fugolls n’atteignent son petit nid douillet ? L’immortalité pouvait se révéler longue si elle devait la passer à fuir.

Faïra reprit quelques baies au creux de sa main et commença à les manger, une à une, lentement. Elle remarqua alors que la déesse l’observait.

- Que peut bien faire un phénix dans ses régions ? D'habitude, 'habitez-vous point dans les hauteurs ? Dîtes m'en plus sur votre race. Je connais tellement peu de Phénix et d'en voir un de plus près, cela attise ma curiosité. Vous êtes une des espèces les plus rares.

Faïra, un peu déstabilisée, avala une nouvelle baie, réfléchissant aux questions de la déesse. Elle-même ne se les était jamais posées, en réalité. Elle s’était contentée d’être, sans savoir ce qu’elle était. C’était une curieuse sensation.

- En réalité, je ne connais pas d’autres phénix, expliqua Faïra, songeuse. Je suis peut-être la seule, en tout cas sur Silraen. Je n’ai pas entendu parler de confrères. Y en a-t-il quelque part ? Ce serait… amusant.

Faïra avala une nouvelle baie, plongée dans ses pensées.

- Je ne sais pas si je devrais vivre dans les hauteurs. J’ai passé quelques centaines d’années à faire mon nid dans les arbres, mais il se trouve toujours des prédateurs pour m’en déloger. Surtout depuis l’arrivée des mortels. Ils ont une prédilection pour la chasse qui ne me convient pas le moins du monde… Enfin j’imagine que vous devez connaître ce problème. Du coup, j’ai commencé à prendre une apparence humaine pour m’intégrer à leur race. C’est plus discret et puis… j’aime beaucoup ce qu’ils proposent comme nouveautés. Ils ont de l’imagination, il faut le reconnaître !

Faïra jeta un coup d’œil à sa main vide et fit apparaître une petite flamme au creux de ses paumes pour faire sécher le jus qui collait ses doigts. Elle l’éteignit aussi vite et posa son regard sur Aliénor. Il était curieux qu’elles n’aient pas fait connaissance plus tôt, mais les animaux immortels répondaient peut-être à d’autres lois que la faune des bois sauvages. Elle n’en savait rien au final et cela l’agaçait légèrement. Elle qui avait tant lu… elle n’avait jamais pensé à se renseigner sur elle-même !

- Déesse Aliénor, je ne vous ai jamais croisé dans les bois. Le hasard a-t-il voulu que nos chemins ne fassent que se croiser sans jamais se rencontrer ? Le destin est capricieux mais c’est tellement plus amusant de cette manière. Je sais que je ne devrais pas me permettre, et je vous prie de ne pas m’en tenir rigueur, mais je serais curieuse d’en savoir un peu plus sur vous. Quel rôle accomplissait-vous dans ces bois ? Quels pouvoirs possédez-vous ?

_________________
~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Into the wild ✖ Faïra   

Revenir en haut Aller en bas
 

Into the wild ✖ Faïra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» palettes wet n wild cosmetics
» sebastien-wild
» Wild growth Hair Oil
» Dernières acquisitions Septembre/Octobre 2010... (photos ajoutées)
» Ma collection de poupées Barbies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
 :: .
-