AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Beauté surnaturelle • PV Ëvolýn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezio Dynaheir
Chevaucheur Céleste
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 08/04/2014
Royaume : Silraen

MessageSujet: Beauté surnaturelle • PV Ëvolýn   Mer 9 Avr - 1:44


• Beauté Surnaturelle•

Les montagnes se dressaient devant moi, mon regard était illuminé par toute cette splendeur. Jamais je n'avais vu pareil paysage. Depuis que j'étais parti des terres de mon enfance, je découvrais bien plus le monde dans lequel je vivais. Je sentais une brise légère m'effleurer le visage. J'ai passé quelques semaines dans les hauts bois, à me forger l'esprit et à me montrer digne de devenir celui qui un jour, je l'espère, gravira les échelons pour dîner aux côtés des Dieux. Le ciel était dégagé, le soleil se levait doucement. Les ombres disparaissaient à vue d'oeil, la puissance émanait de ces lieux immémoriaux. Je sortais des hauts bois pour atteindre cette destination. Je devais faire escale à partir d'ici pour aller dans les plaines verdoyantes afin d'explorer, de connaître un peu plus les terres qui m'ont vu naître. Je demeurais silencieux, de mes yeux d'aigle, je recherchais âmes qui vivent mais seuls les oiseaux et les daims furent mes compagnons de route. C'était avec joie que je respirais le bon air frais du matin. Je tenais la bride de mon cheval de la main gauche, lui jetant un regard en biais. Il reniflait l'air et laissait s'échapper de la buée. Il faisait plutôt frais et l'armure dont j'étais vêtu me réchauffait quelque peu. Cet endroit était calme, personne ne pourrait déranger un tel repos. Cette vallée et ces montagnes au loin m'incitaient à venir les explorer. Bien entendu, je ne tarderais pas trop. Seulement, il était si bon de retrouver l'horizon après tant de route parmi les branches et les feuilles. Les bosquets, parfois épineux, auraient pu m'écorcher le genoux mais, heureusement, cette tenue offerte par mes parents valaient le coup. Je ressemblais à un paladin. J'étais le chevalier céleste, celui en quête de gloire et de son ascension. Je méritais l'attention auprès de ces Dieux et ces Déesses des temps anciens. Ils avaient leurs histoires, ils avaient créer le monde à leur image. Ils étaient puissants, beau et fort. Craint de tous et vénéré. Il m'arrivait de me poser des questions à savoir, si les Dieux sont nés par le cosmos ou bien la planète elle même. Qui les a conçut et dans quel but ? Bien sur, nous avons tous besoin de guide et lors de ma rencontre avec Nodalie, je l'ai senti. Peut-être que, si cette rencontre n'avait pas eu lieu, je n'aurais eu aucune idée de l'endroit où aller, des quêtes à mener et bien plus encore.

Il était aux environs de huit heure du matin lorsque je me mis en selle à dévaler une pente avant d'être dans la vallée. Des oiseaux s'élevèrent dans le ciel, chantant leur amour aux rayons de lumière. Je n'avais pas encore rencontré d'ennemis mis à part quelques bêtes sauvages comme des petits sangliers ou encore quelques halfelins qui cherchèrent à piller les affaires que je possédais. Je songeais à ma vie à Sylveride, si j'étais resté là bas, je n'aurais jamais connu tout ceci. Lorsque je rentrerais, j'aurai tellement à dire à mes amis et à ma famille. Ma sœur risquerait d'être folle de joie et me jalouserait sûrement. Cette pensée me fit sourire. Le temps filait à une vitesse folle, quelques papillons voletaient, des fleurs de tout types jonchaient le sol, le parsemant de plusieurs couleurs. Nous n'avons vu aucun aventurier, ni même de charrette de marchand. Ces terres semblaient oubliées, peu peuplées. Cependant, les pics éternels sont connus pour ses lieux de sacre ou encore, qu'ils seraient la frontière entre les royaumes des vivants et des esprits défunts. Y verrais-je des fantôme, des banshees ou des esprits maléfiques ? Ces pensées me firent frémir. La soif me tenaillait, depuis hier soir je n'avais pas pris une goutte d'eau et ma gourde était presque vide. Au trot, mon cheval et moi-même écoutions un bruit d'eau qui s'écoulait. Nous nous dirigions vers sa direction. Quelle chance ! Après tout, les montagnes ont leurs sources, j'étais satisfait de pouvoir me poser, m'agenouiller près de l'eau et pouvoir boire autant que je le désirais. Mon cheval fit de même, Le ruisseau était assez large et si fraîche, s'écoulant doucement. Une eau douce et limpide, quelques poissons se faufilaient de rocher en rocher dans ce liquide. Je tentais de pêcher avec ma claymore mais, c'était pas facile. Je soupirais, préférant la chasse. J'avais un coutelas, plus petit et plus pratique. Je fis quelques essais avant de pouvoir obtenir un maigre butin. Mon cheval broutait l'herbe tandis que je dépeçais l'intérieur des poissons, préparant un petit feu avec quelques brindilles. Prenant une pierre et mon coutelas, je faisais en sorte de créer une étincelle. Cela me prit quelques minutes avant d'obtenir un feu potable et d'y laisser mon butin chauffer. J'avais hâte de dévorer ces délicieux mets, malgré qu'il manque des herbes et une sauce adéquate. Néanmoins, ce sera suffisant pour la suite de mon voyage. Le feu crépitait et j'entamais la première bouchée lorsque j'entendis un sifflement. Mon cheval leva la tête, son regard n'était pas apeuré mais il sentait une présence. Je gardais ma lame à mes côtés et observa de mes yeux, me levant, une main au dessus de mon front car le soleil tapait au dessus de nos têtes. Je n'apercevais rien. Était-ce mon imagination ? Je me remis à dévorer mon repas. J'avais retiré mon casque pour manger, mes cheveux blonds cendrés étaient gras et je sentais la sueur. Je n'avais pas pris de bain depuis plusieurs jours et en voyant cette eau limpide, je ne pus résister à l'envie d'une bonne baignade. Retirant mon attirail, je me dêvétis et plongea dans l'eau. Allongé, la source prenait presque possession de moi. Elle était si froide mais cela n'empêcha en rien que je me prélasse tel un poisson dans l'eau.

Je suis resté ainsi quelques bonnes dizaines de minutes, frottant avec énergie ma crinière et mon corps pour enlever toute la crasse. Sortant du ruisseau, je me mis à sécher au soleil en grelottant. Je mis mes affaires sales dans l'eau pour retirer la puanteur et la sueur. Le temps que tout soit séché, cela mit une bonne heure. J'avais mis des affaires propres, tout de cuir et plaça de nouveau mon armure sur moi. Quelle bonne journée ! Je respirais lentement, profondément et regardais le ciel bleu et sans nuage. Mon cheval désirait bougé, ce que nous fîmes une fois avoir placé les affaires sèches dans une besace. Nous continuons près du ruisseau, écoutions les bruits et admirant ce qui nous entourais. Il m'arrivait de m'exclamer par des « oh ! » et des « ah ! » quand je voyais quelque chose que je n'avais jamais aperçu à Sylveride.  Il devait être seize heure, l'atmosphère se rafraîchissait et mon cheval, que j'ai nommé Helios, ressentait quelque chose de pas normal. Une impression d'être suivit. Je jetais des coups d'oeil sur les côtés ou en arrière mais rien. Comme si, à chaque fois que je regardais dans la direction, la « chose » disparaissait instantanément. Étais-je envoûté par ces lieux ? Je n'en savais rien. Pourtant, elle semblait … si proche.
© Fallen Swallow

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Beauté surnaturelle • PV Ëvolýn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
 :: .
-